Login & Register English

Appel d'urgence: +201066144258 
mercredi - juin 03, 2020

Breaking News

Enquête/Gabon gâte: Quand le faux de monsieur le maire Claude Sézalory éclate en plein jour ! Sociétés Politique

C'est une histoire digne des tropiques qui se déroule pourtant au Gabon. L’ancien Maire d’Akanda, Claude Sézalory enroulé dans un faux et usage de faux et vol de terrains à Libreville !

D'après une folle rumeur qui circule à Libreville, le roi du Maroc serait l'acheteur du terrain volé à Libreville !

En effet, une jeune Franco-Gabonaise de la famille Collin résidente à Libreville, âgée de 23 ans et déjà l’héritière de la propriété de sa famille, fait l'objet d'un harcèlement judiciaire sans relâche.

Dans la foulée, cela a conduit ses harceleurs à effectuer la casse de sa maison d’un hectare sans que les juges n'aient prononcé le verdict du procès en cour sur cette affaire d'un autre genre. Selon son avocat : « son client n'est pas concerné et n'a ni été convoqué par la justice lors de ces casses ».

C'est donc la puissante machine françafricaine qui a décidé, appuyé par divers réseaux de passer outre les juges et d'attaquer. L'affaire en justice a été renvoyée à une date ultérieure.

La même source confirme que M. Sezalory en 2018 a présenté un titre foncier douteux auprès du tribunal de Libreville afin de justifier que le terrain lui appartenait. Irrecevable, la justice s'est prononcée contre ce titre foncier présenté par l'ancien maire d'Akanda car le document présenté fait l'objet d'une fausse signature du Président de la République Gabonaise, Ali Bongo Ondimba. D'aucuns voient dans ce document une main toute claire des entourages francisés du président.

Selon les informations reçues, la jeune franco gabonaise est belle et bien l'héritière de son père et est propriétaire de ce terrain d'un hectare, de par sa famille qui exercerait ce droit de propriétaire depuis plus de 40 ans et d'ailleurs les témoignages des habitants de la commune d'Akanda le confirment.

La jeune franco gabonaise a commencée à investir sur le terrain avec sa maman depuis des années grâce à l'argent de l'héritage de son père. Les dépenses seraient estimées au-delà de 300 000 Euros.

Claude Sézalory, un étranger naturalisé gabonais fait sa loi dans un Gabon africain, ou la justice face à cette affaire a du mal à dire le droit.

Dans cette affaire, certains hauts cadres du gouvernement gabonais font l'objet de complicités. M. Claude Sezalory, ancien maire du 2eme arrondissement de Libreville et Ex. mari de Sylvia Bongo usurpe de son ancien titre pour se valoir en propriétaire vendeur du terrain au roi du Maroc tout en falsifiant les documents du titre foncier dudit terrain et par surprise, tout compte fait, se serait bien avec la complicité de la présidente du haut conseil constitutionnel du Gabon Mme Marie-Madeleine Mborantsuo et Mme Sylvia bongo la première dame du Gabon.

Selon une source bien introduite, Sylvia Bongo a visitée ce terrain courant de ce mois de juin 2019. Accompagnée de ses gardes du corps, selon les habitants de la localité, Mme la première dame est venue se rassurer du terrain de son partenaire qui selon les mêmes sources serait rien d'autre que le Roi du Maroc. Plus loin encore, le Roi aurait acheté ce terrain avec la complicité de Mme Sylvia Bongo et de son Ex. ancien Mari le Maire d'Akanda.

Selon la famille Collin, leur terrain a reçu l'année dernière la visite du Président Ali Bongo Ondimba. Ali lui-même a donné de fermes instructions aux autorités administratives de la ville d'abandonner tout processus de déguerpissement auprès de premiers habitants de cette localité. La demande d’Ali Bongo semble être foulée aux pieds et d'ailleurs elle n'a pas été respectée. Tout porte à croire que la présidence Ali Bongo est sous le contrôle et la gestion de son étranger DG de cabinet et de sa femme madame la première dame Sylvia Bongo accompagnée d'un aide de camp du président et bien d'autres de vampires du palais de Léon Mba.

En attendant le vrai verdict, l'ancien maire d'Akanda et ex. premier mari de Sylvia bongo, poursuit son business de vol de terrains à ciel ouvert avec la bénédiction bien sûre de hautes autorités du Gabon. Chose bizarre dans un pays de démocratie, l'huissier de la justice dépêché sur le terrain pour aller faire le constat de dégâts sur instruction de sa hiérarchie s'est vu refuser d'accès au site.

Nous sommes au 21e siècle mais nous constatons que rien n'a changé concernant la vraie indépendance de nos pays et surtout les pays francophones encore sous l'emprise de la françafrique. Les vieux administrateurs étrangers, naturalisés dans nos pays, règnent en maitres et bénéficient de protections de certains hauts fonctionnaires de l'Etat qui en principe devraient garantir la justice pour tous.

Comment comprendre qu'un roi ne puisse pas prendre de précautions face à de pareilles manipulations ? On se demande encore si le protocole du roi a pu prendre le temps nécessaire de vérifier l'authenticité de documents du terrain fourni par le vendeur Claude Sezalory ?

En 2013 madame Sylvia Bongo a exigé que son ex-mari monsieur Claude Sézalory soit nommé en tant que Maire de la commune d'Akanda de Libreville.

Durant le mandat du fameux ex. Mari de Sylvia Bongo, celui-ci a passé son temps à voler les terrains des habitants de cette commune, pour les revendre à son profit et là les parcelles volées sont estimées de nos jours à 50 000 mètres carrés. Le mètre carré se vend à la hauteur de 150 000 franc CFA selon les informations recueillies par notre rédaction.

Sézalory, à travers son entreprise immobilière de vente de terrain profite de son ancien titre de maire pour réduire les pauvres habitants de la localité d'Akanda en rien puisqu'ils ne pouvaient faire face à un dinosaure mafieux du 21e siècle qui est prêt à tout pour se remplir les poches.

Grace à son agence immobilière Alliance à Libreville qui s'occupe de la revente de terrains, la dite agence est en réalité une agence appartenant à Sylvia Bongo et lui-même Sézalory en question!

Si nous remontons un peu plus haut, madame la première dame du Gabon n'a pas insistée pour rien à ce que son Ex. mari soit nommé à l'époque maire d'Akanda. La raison est que monsieur Sézalory a une mission bien particulière à accomplir pour l'intérêt de la première dame.

Les dégâts que monsieur Sézalory a causé durant son mandat concernant le vol de terrains et de détournements de fonds public de l'Etat gabonais, monsieur le dinosaure mafieux ne se reprochait de rien car selon ses amis et son entourage: Sézalory de fois a l'habitude de dire haut et fort : « Tout lui ai permit car il est le premier mari de Sylvia. »

Il y a de quoi là rendre monsieur le président de la république Ali bongo Ondimba jaloux de son rival en activité de business avec sa femme. Mais malheureusement, l'état de santé d’Ali Bongo ne lui permet pas de suivre ce qui se trame dans son palais. Un quatro du staff de son palais jusque-là nous nous réservons le droit de donner les noms seraient à l'origine de son empoisonnement ce qui lui a provoqué  l’AVC et sa paralysie.

Durant son mandat monsieur le maire a reçu un budget conséquent de l'État qui devrait lui permettre de construire la mairie d'Akanda. Mais comme à son habitude, il a choisi de jouer à son sport favori qui n'est rien d'autre que le détournement de budgets et fonds alloués à la mairie à son propre profit.

Sachant que monsieur l’ex. Maire ne s'inquiète de rien du tout et du fait qu'il soit le premier mari de Sylvia Bongo, comme lui-même le dis aux habitants qu'il a spolié. Pour lui c'est la meilleure manière d'intimidé les habitants de cette localité. Sans mâcher ses mots, il dit aux populations d'Akanda que :

« Lorsque vous essayerez de vous rebeller contre mes affaires les forces de l'ordre s'en chargeront de vous ».

L'Homme de la rue gabonais se demande pour qui se prend cet énergumène franco marocain ?

Où est donc la politique du gouvernement gabonais qui souvent demande aux Gabonais de l'étranger de rentrer investir ?

Tout cela ressemble à un piège à souris. Face à de pareilles situations, le gouvernement gabonais doit s'afficher en responsable afin de motiver d'avantage les gabonais de la diaspora à avoir confiance et décider d'investir dans leur pays sans peur.

Cette situation risque de jeter de l'huile au feu ce qui surement augmentera la méfiance des populations auprès de leur gouvernement incapable de traquer des individus qui se réclament des intouchables de la république.

Pendant ce temps les Gabonais se font dépouiller de leurs terres pour que ce monsieur s'achète des maisons à Miami où il a l'intention d'aller passer sa retraite paisible sous les cocotiers de Floride.

C'était le vendredi 14 juin 2019 aux environs de 16h30 que madame Sylvia Bongo, madame Mborantsuo et l'ex-mari de Sylvia Bongo monsieur Sézalory s'étaient rendu devant les terres de cette jeune fille pour planifier leur casse. Il y avait 7 voitures dont 6 voitures noires en vitre fumée et la 7 e Voiture appartenaient à Monsieur Sézalory. Et le lundi 17 juin 2019 aux environs de 18h30 à 19h monsieur Sézalory a fait appel à un officier des forces du génie militaire pour le sale boulot.

Sézalory avait déjà tout mis en place pour que la casse est lieu le mardi 18 juin 2019 à 9h du matin alors que le procès se déroule ce même jour mardi 18 juin 2019 à 11h30 au tribunal de Libreville. Ce procès en question concernait les terrains de la famille Bembo.

Le génie militaire et la police ont déployé leurs forces de sécurité afin de passer à la casse de la maison. La maison à été détruite avec tout le matériel de construction et de finitions qui se trouvaient à l'intérieur. C'est grâce à un enfant que la famille Collin a pu mettre la main sur la vidéo de la casse. La police a interdit la population environnante de se rapprocher du site en destruction.

Madame le procureur de Libreville n'a pas pu être au courant vu que la casse s'est passée avant même l'heure du procès. Le vendredi 14 juin à 16h Madame Sylvia Bongo, madame Mborantsuo et l'ex-mari de Madame Sylvia Bongo monsieur Sézalory se sont rendu sur le terrain. Tout été bien ficelé et prémédité et même préparer pour le profit du roi du Maroc.

Selon nos sources d'information, le roi du Maroc aurait déjà préparé une maquette pour une nouvelle construction sur la terre de la jeune Franco Gaboanaise. En ce moment la maquette se trouve au Gabon.

Rien ne sera étonnante mais ce qui est sûr les sans cœurs mettront leurs projets a exécution sur le site dans les jours qui suivent. Cette jeune fille s'est vu arraché tous ses rêves en 4 jours.

Du vendredi 14 juin 2019 à 16h30 au mardi 18 juin 2019 à 9h du matin. Les rêves d'une jeune fille de 23 ans s'est vu démolir, effondré comme un château de sable à 9h du matin.

La famille Collin à travers leur avocat, joint au téléphone par l'un de nos journalistes, demande à madame le procureur de Libreville que la justice soit rendue car il y a vice de procédure sur cette affaire qui en réalité ne concerne pas cette parcelle de la jeune fille franco gabonaise et de sur quoi la décision judiciaire d'expulsion, dans son contenue, ne figure aucun nom de membres de la famille Collin.

Au contraire, il est mentionné sur la décision judicaire que l'expulsion devait se passer dans une parcelle appartenant à la famille Bembo et de tout occupant de son chef.

« De tout occupant de son chef » ce terme veut dire que: tous les habitants qui se sont installés dans la parcelle avec l'onction de la famille Bembo doivent être touché par cette décision hors c'est le cas contraire surtout pour le cas de la famille Collin dont sa parcelle ne se trouve pas dans les parcelles de la famille Bembo. Autrement dit, nous pouvons dire qu'il y a le manque de vigilance de la part du tribunal car pour de pareils cas il va falloir dépêcher un spécialiste sur le terrain pour procéder à la vérification des parcelles de la famille Bembo chose qui n'a pas été faite.

Joint au téléphone la maman de la jeune franco gabonaise n'en crois plus à ses yeux et dit: «  NON je ne crois plus. Voilà le rêve de ma fille parti en l'air en espace de quelques minutes ». La famille Collin demande à toute personne sensible à cette situation de les venir au secours afin d'aider sa fille a entrée dans ses droits.

Cette affaire, c'est une tristesse dont le jour restera gravé à jamais dans la conscience de la jeune franco gabonaise comme nous en rappel les tours jumelles du World Trade Center à New York qui se sont effondrées aux États-Unis d'Amérique 11 septembre 2001. Elle sera marquée à jamais pour le restant de ses jours. Et non! Pourquoi tout cela ?

Vivement à la prochaine!

Charilogone Media