Login & Register English

Appel d'urgence: +201066144258 
vendredi - nov. 27, 2020

Breaking News

Mme NDJELAR M. KOUMADJI, Présidente de l’Union Nationale pour l’Alternance au Tchad (UNAT) accorde un entretien à « Charilogone » Sociétés Politique

News image

«En politique femme ou homme c’est pareille, ce que l’homme ne peut pas faire, une femme peut bien le faire. En tant que telle une femme est capable de changer de choses, capable d’aider, de transformer la société lorsqu’elle décide ».

Jeune, femme et surtout pétrie d’audace et d’ambition. La trentaine amorcée, Mme MARIAM NDJELAR KOUMADJI est sans nul doute la benjamine de leaders de partis politiques au Tchad. Elle est à la tête de l’Union Nationale pour l’Alternance au Tchad (UNAT) parti fondé lorsqu’elle n’était qu’une lycéenne. Incomprise par sa propre famille politique : à l’UNAT dont l’un de ses anciens collaborateurs avait failli l’éjecter de la présidence ou encore au sein de la majorité présidentielle où on lui reproche son franc-parler. Mais tout cela semble ne l’avoir perturbé car elle se dit sereine et déterminée. La santé et l’avenir de son parti, ses ennuis judiciaires, les échéances électorales prochaines…sont les questions évoquées au cours de cet entretien.

Vous venez de faire la rentrée politique pour l’année 2019 de l’Union Nationale pour l’Alternance au Tchad (UNAT), dites-nous comment se porte le parti ?

Le parti l’Union Nationale pour l’Alternance au Tchad est en parfaite santé. Nous venons comme vous savez de faire notre rentrée politique au titre de l’année 2019 à la Maison de Médias du Tchad. Le parti vit bien, nous sommes à pied d’œuvre pour la relance de nos activités.

Être aux commandes de l’UNAT vous a valu des ennuis judiciaires, pouvez-vous donc nous affirmer que cette page sombre de l’histoire du parti est définitivement tournée ?

Effectivement le problème est définitivement réglé dès lors que nous avons l’arrêt d’expédition de la chambre administrative. C’était un problème que je peux taxer de « mangecratie », l’ancien vice président a essayé de manipuler tout le monde en produisant de faux documents pour mettre les bâtons dans les roues et nous créer des ennuis. Lors du congrès du parti tenu en date du 11 mars 2011 il a été boudé par la base et ne fait plus partie de l’UNAT. Aujourd’hui le parti fonctionne bien, nous avons de beaucoup des activités à réaliser actuellement.

Étant l’une des rares femmes leaders politiques au Tchad, comment vivez-vous ce statut au sein d’une société conservatrice comme la notre ?

Nous sommes exactement quatre femmes chefs de partis politiques au Tchad. Je suis la benjamine du coté femme comme homme. Ce pendant, chacune de formations politiques a sa vision, son programme politique et de société. Pour moi la politique n’a pas de sexe, de niveau intellectuel, et surtout que pour mon cas, j’ai toujours voulu faire de la politique. En politique femme ou homme c’est pareille, ce que l’homme ne peut pas faire, une femme peut bien le faire. En tant que telle une femme est capable de changer de choses, capable d’aider, de transformer la société lorsqu’elle décide.

Les échéances électorales législatives auront lieu au cours de l’année 2019, jeune formation politique, l’Union Nationale pour l’Alternance au Tchad est-elle prête pour affronter ces élections ?

Justement nous sommes prêts pour affronter les élections que ça soient les élections communales ou législatives, nous serons présents dans toutes les régions où l’UNAT est implantée.

En guise de mots de fin, avez-vous un message à l’endroit du peuple tchadien en général et à vos militantes et militants en particulier ?

Mes mots de la fin ce sont pour demander au peuple tchadien, qu’on puisse éviter de compter sur les autres, de fournir des efforts propres pour arriver à atteindre nos buts. On doit éviter le clientélisme.

Aux militantes et militants de l’Union Nationale pour l’Alternance au Tchad, les élections se pointent déjà, qu’ils puissent se mobiliser éventuellement. En tant alliés nous sommes loyaux, je compte sur eux pour qu’on soit bien préparé, enfin, il faut renouveler leur carte d’adhésion du parti.

Propos recueillis par : Ouganda TANGUE, Correspondant Charilogone Media - Tchad