Login & Register English

Appel d'urgence: +201066144258 
dimanche - août 09, 2020

Breaking News

L’Union Sacrée Pour la République condamne avec force les propos incendiaires du président Idriss Deby Sociétés Politique

News image

L’Union Sacrée Pour la République condamne avec force les propos incendiaires du président de la République, Idriss Déby, le 18 août 2019, à Abéché et à Goz-Beïda. Ces déclarations, dans un pays comme le Tchad où la plupart des militaires ne savent ni lire ni écrire constituent un ‘’permis de tuer’’ que le président leur délivre pour massacrer les paisibles populations du Ouaddaï et du Sila. Cet ‘’appel à tuer’’ lancé par un président de la République ne doit donc laisser personne indifférent. Aussi, le parti USPR invite-t-il les acteurs politiques et les organisations sérieuses de défense des droits de l'Homme à observer avec vigilance et au besoin, documenter, à partir de ce lundi 19 août 2019 chaque mort par balle dans les provinces du Ouaddaï et du Sila. Car l’USPR voit à travers les propos du président Déby les signes avant-coureurs d’un génocide.
Les propos va-t-en-guerre du président de la République ne constituent pas seulement une menace pour la paix et la stabilité des seules deux provinces du Ouaddaï et du Sila, mais pour le Tchad tout entier. Par ailleurs, le président de la République, en décidant d’instaurer un état d’urgence pour une période de trois mois renouvelable, viole allègrement la Constitution tchadienne. Car, l’article 130 de la Loi Fondamentale stipule : ‘’l’état de siège et l’état d’urgence sont décrétés en conseil des ministres. Le président en informe l’Assemblée nationale. Leur prorogation au-delà de vingt et un (21) jours ne peut être autorisée que par l’Assemblée nationale’’.
Le président qui se présente toujours comme le premier garant de la Constitution ne doit pas être à la fois et paradoxalement aussi le premier à la violer. De tout ce qui précède, l’USPR invite impérativement le président de la République, Idriss Déby, à annuler cette décision liberticide et contradictoire et l’Assemblée nationale à se saisir de la question le cas échéant.
Fait à N’Djamena le 19 août 2019
Le Président de l’U.S.P.R
François Djékombé